Une fête qui tourne mal !

Samedi 12 avril avait lieu en soirée la « fiesta du printemps » organisée par le nouveau comité des fêtes de Saint Genis. Quelques jeunes bénévoles participaient à l’organisation et à la mise en place de la salle des fêtes avec l’espoir que cet événement puisse couper court à la longue traversée du désert que notre commune vie depuis de nombreuses années en termes d’animation socioculturelle. Cette soirée, qui s’annonçait déjà comme une soirée mémorable, a en fait, vite mal tourné avec la venue de nombreux jeunes des communes des alentours. D’après les premiers témoignages, un petit groupe d’un village de la côte s’en serait pris violemment, à la suite d’une altercation au sujet de produits stupéfiants, à plusieurs autres adolescents de Saint Genis. L’échauffourée qui dérapa à coups de barre de fer et de matraques télescopiques aurait pu se conclure d’une façon bien plus dramatique si plusieurs adultes ne s’étaient pas interposés afin de calmer l’ensemble des belligérants. L’un d’entre eux sera même blessé au bras et transporté par sa compagne vers les services hospitaliers.

Nous ne doutons pas du bien-fondé ni de la réelle volonté de changement, du moins nous l’espérons, de cette nouvelle équipe qui créa à quelques jours des élections ce qui devait devenir le fameux comité des fêtes, oublié depuis bien trop longtemps. Nous ne pouvons aussi que regretter cette fin de soirée et cette image déplorable qu’elle donne à notre commune ainsi que cette grande inquiétude qu’elle suscite quant à la sécurité de nos enfants. Mais nous sommes en droit d’avoir aujourd’hui les réponses aux questions que cet accident a soulevées.

Le bureau du comité des fêtes ainsi que sa présidente avaient-ils pris toutes les précautions afin d’éviter ce dérapage ? N’avaient-ils pas une obligation de moyens concernant l’organisation d’une soirée festive où visiblement alcool et mineurs se sont côtoyés ? Qui était censé maintenir la sécurité ?

Nous espérons de rapides précisions de la part de la présidente du comité des fêtes, de son président d’honneur ainsi que de sa vice-présidente déléguée. D’ailleurs, s’il s’avère que des produits stupéfiants sont à l’origine de cette dispute qui a mal tourné, nous espérons bien qu’une enquête de justice fera toute la lumière sur ce malheureux 12 avril 2014.

Nous rappelons que l’organisation d’évènementiels est une véritable activité qui demande certaines compétences et qui ne laisse aucune place à de l’amateurisme. Nous regrettons aussi que toutes “ses bonnes âmes” jeunes, bénévoles et motivées se soient laissées embarquer dans un montage associatif trop peu soucieux de ses responsabilités.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.