Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le LINKY

Des informations, des idées, des solutions tirées de la réunion d’informations du 12 avril à Laroque des Albères où une petite centaine de citoyens, majoritairement rocatins, s’étaient déplacés. Le contenu de cette réunion était passionnant même s’il en a fait « flipper » plus d’un !

Pour avoir une idée plus précise du sujet :

  • Le compteur Linky ne bénéficie d’aucune homologation, il a juste une auto-certification émanant d’Enedis, on n’est jamais si bien servi que par soi-même. Dire que son déploiement est obligatoire n’est pas exact car si les directives européennes demandent dans le cadre de la transition énergétique de donner aux usagers les moyens de surveiller leur consommation, elles n’imposent nullement le Linky !

  • Le compteur Linky présente quelques particularités à prendre en compte comme le fait de permettre la coupure de courant à distance ce qui est un acte non reconnu juridiquement mais rendu possible par l’installation en son sein d’un disjoncteur unipolaire (qui ne coupe qu’un fil). Ce disjoncteur unipolaire présente pour l’usager un risque en cas de réenclenchement automatique après coupure de courant par et de la part du fournisseur d’énergie. Il vient en sus du disjoncteur installé au domicile.

  • Le Linky ne possède pas de « chambre d’arc », critère nécessaire à l’homologation du produit et comme le système de fixation est différent du compteur traditionnel (une seule vis et non deux) , il requiert un serrage parfait sous peine de formation d’arc électrique et donc d’incendie.

  • Le compteur Linky ne répond pas aux normes requises par les règlements sanitaires départementaux notamment en ce qui concerne la fixation sur tableau de bois. En cas d’installation à l’intérieur de la maison, il est nécessaire de changer ce tableau pour un autre toujours en rapport avec les risques d’incendie.

  • Le compteur Linky sera à terme équipé d’un module ERL (Emetteur Radio Linky) actuellement ce module ne répond pas aux normes juridiques en vigueur. L’appareil génère des radios fréquences qui ont été incriminées dans l’apparition de problèmes sanitaires (cancer, leucémie, diabète et autres joyeusetés) et ont amené des pays comme le Canada à désinstaller les compteurs. Par contre il n’est pas obligatoire !

A propos du fonctionnement du compteur Linky, celui-ci fonctionne en injectant en plus du courant électrique d’une fréquence de 50 Hz, du CPL d’une fréquence qui va de 95 Kz à 490 Kz et se rajoute à la fréquence précédemment mentionnée. Ces émissions de CPL (pas si innocentes que cela comme certains le pensent) génèrent des ondes électromagnétiques qui font antenne en diffusant le long des fils électriques. Un risque accru pour les installations vétustes notamment mais aussi pour les différents appareils (batteries d’ordinateurs et autres, appareils électroménagers, LED !!! et pour tous ceux qui utilisent des appareils d’assistance pour leur santé connectés – apnées du sommeil)

Pour les adeptes de la voiture électrique séduit par le faible coût de rechargement un rappel d’information, une prise « Link » existe déjà et fera son apparition sous peu. Le courant sera alors surtaxé, manœuvre aisée, le compteur Linky étant prévu pour reconnaître la signature de tout appareil « connecté ». Il est donc en mesure de renseigner le fournisseur d’énergie sur les appareils que nous utilisons, quand et comment, la prise Link sera immédiatement repérée. Le but étant de taxer le courant électrique d’une manière similaire à la taxation des produits pétroliers ! Principe équitable !

Vous serez peut-être également intéressés de savoir que les nombreuses actions engagées commencent à payer et que des jugements font jurisprudence. Par exemple le Tribunal de La Rochelle a reconnu en Juin 2017 le droit de refuser le compteur Linky et celui de protéger son compteur de la pose forcée. Des solutions existent répondant à tous les cas de figure, les « mécanismes anti-vandalisme » sont donc autorisés (précision, le coffret abritant le compteur est notre propriété).

Outre les renseignements exposés précédemment de nombreuses possibilités existent pour se prémunir des désordres occasionnés par ces compteurs, car il faut être conscient que même si vous le refusez, les compteurs posés ailleurs que chez vous génèrent des nuisances liées au CPL qui circulent le long de tous les réseaux électriques. Nous avons personnellement depuis 2006 eu le temps d’étudier la question et des solutions existent : interrupteurs bipolaires, filtre CPL, blindage, biorupteurs. A ce propos un lien vers notre pétition en ligne qui vous en dira encore plus http://www.mesopinions.com/petition/politique/soussignes-demandons-premier-representant-etat-etes/25088

Toutefois la meilleure façon de se protéger (ainsi que les autres) est de refuser l’installation, de nombreux modèles de lettres de refus existent, il suffit de consulter les sites Priartem, Robin des toits, stoplinky66.

Petit à petit les refus gagnent du terrain, des communes entières se mobilisent (liste à partir du lien suivant : http://www.santepublique-editions.fr/objects/liste-par-departement-communes-refus-linky.pdf ), des collectifs d’élus comme en Alsace dernièrement se constituent !

Et pour vous protéger faites un tour sur www.navoti.com ou www.cem-vivant.com

A bon entendeur !

Dominique Longville

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.