Qui ne dit mot, consent

Envoyé par formulaire de – Bayard

En écoutant l’enregistrement, je suis étonné du faible intérêt que portent les conseillers de la majorité aux affaires de la commune. Pourtant : le conseiller municipal est un acteur de la démocratie locale faisant partie du Conseil Municipal dont le rôle est de participer aux affaires de la commune. Il statue par voie de délibérations que le maire est tenu d’exécuter, sauf s’il les juge contraires à l’intérêt général, finalité d’ordre supérieur aux intérêts individuels.

Peut-être est-il bon de leur rappeler ce qu’est l’intérêt général : « une finalité d’actions ou d’institutions censées intéresser une population considérée dans son ensemble ».

Alors je m’interroge sur la politique du doigt levé quant à certaines dépenses budgétées qui relèvent plus d’intérêts personnels que d’intérêt général :

La réalisation d’un cabinet médical regroupant divers services médicaux, dont le maire déclare avoir l’accord des intéressés, mais qui ne sont pas au courant du projet, dont l’implantation choisie à côté d’une zone lui appartenant, loin du centre du village, se développant en pleine concurrence d’une zone intercommunale ne démontre-t-il pas un intérêt plus personnel que collectif ? Le nouvel  Espace Centralité ne serait-il pas un meilleur choix d’implantation ?

La somme de 800 000 € engagée pour réalisation d’équipements sportifs tennis –boules est-elle bien raisonnable ? Consultée, la population aurait sans doute opté vers la rénovation des voiries du centre du village et laisser en attente les élucubrations d’une adjointe qui dispose déjà d’une piscine (presque) privée construite contre avis de la préfecture et qui souhaite pratiquer son sport favori au saut du lit, même en cas de météo défavorable !

Mais voilà le maire a dû succomber au plaidoyer de sa mandante pour une intronisation bienveillante à son égard dans le cadre d’une succession sans tâche et sans reproches. C’est chevaleresque, mais pas trop de l’intérêt général !

Quant aux règles et lois qui permettraient à quelques personnes à mobilité réduite de pouvoir bénéficier d’équipements accessibles, le maire les balaie d’un revers de jambes, il n’en a pas encore besoin.

Conseillers municipaux, vous n’avez, pour la majorité d’entre vous, aucun intérêt particulier à tirer d’une situation de favoritisme. Alors, réagissez à l’appel d’un maire empêtré dans des affaires pas nettes et participez loyalement dans votre engagement municipal.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.