Nos premiers élus à la chambre des députés

Le 17 juin 1789, un mois après la réunion de Versailles, les députés du Tiers Etat, considérant qu’ils représentent « les quatre-vingt-seize centièmes au moins de la nation » se proclament Assemblée nationale… La souveraineté réside désormais, non plus dans la personne du monarque, mais dans la nation qui l’exerce par l’intermédiaire de représentants qu’elle choisit.

Lors de la constitution de la chambre des députés, la notion de parti politique n’existe pas. En fait ce sont les journalistes qui vont classer les élus en fonction de leur appartenance à un groupe d’opinion.

Si à cette époque les notions de gauche et de droite n’ont pas encore été créées, plusieurs courants se distinguent. Ainsi sur ce qui deviendra la gauche nous retrouvons les Montagnards constitués de trois groupes : les exagérés chef de file Marat, les Robespierristes partisan de Robespierre, les indulgents qui suivent les préceptes de Jean Jacques Rousseau. Les Jacobins, les Cordeliers, les Girondins

Au centre s’exprime le club des Feuillants né de la scission du club des jacobins lui-même issu du « club des bretons » premier parti constitué des élus de Bretagne qui avaient pris l’habitude de se réunir avant d’aller voter et qui portaient le surnom de « grenadiers des états généraux ». Mirabeau, La Fayette sont les membres influents de ce parti dont la philosophie est proche des idées de Voltaire. Le Marais le plus modéré dont une partie de la tribune est surnommée « le quartier des pénétrés » car tous ceux qui s’y présentaient parlait toujours d’amour.

A droite les ultras royalistes, le comité de Turin mené par Charles d’Artois parti contre révolutionnaire qui avait comme vocation d’organiser la contre révolution depuis l’étranger. Moins connu le club de l’hôtel de Massiac formé de riches colons opposé à la déclaration des droits de l’homme dont le principe abolissait l’esclavage dans les colonies

Le palais royal qui fait place aux « enragés », les plus extrémistes sont catalogués comme appartenant «  au trou de l’enfer ».

Ces appellations vont apparaître au fur et à mesure de la constitution de partis distincts qui auront à leur tête surtout des orateurs

Nos premiers députés

Monsieur Joseph Favre parti de la « montagne » maire de Vinca élu le 3 septembre 1792, Monsieur Denis Laurent Delcasso curé de Mont Louis parti de « la plaine »Monsieur François Xavier Llucia maire de Perpignan noble et membre du Tiers-Etat élu le 30 août 1791 parti de la « majorité réformatrice » notons que ce dernier informa les autorités des manœuvres de l’Espagne qui préparait à cette époque son armée d’invasion. Monsieur Jean Birotteau élu en 1792 « Girondins », Monsieur Joseph Cassanyes maire du Canet étiquette« gauche »Sans oublier Louis Ribes, Abdonlennen Tastu, Francois Siau, Joseph Marie, Monsieur Sébastien Escanyé De tous ces premiers députés le plus célèbre reste Jean Bonaventure Blaise Hilarion Birotteau (extrait de sa biographie source assemblée-nationale)

http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/14103

« Le 9 mars 1793, Birotteau tente d’empêcher l’organisation du tribunal révolutionnaire, et lutte énergiquement contre la Montagne et contre Robespierre. Le 31 mai marque la défaite de la Gironde, et Pache inscrit Birotteau dans la liste des 22 députés dont il demande la tête à la Convention. Arrêté le 2 juin … Il parvint à s’évader et gagne Lyon, d’où il lance son Appel aux Français (juillet 1793), et où il organise un comité d’insurrection contre la Convention, qui le met hors la loi….il gagne Bordeaux sous un faux nom. Arrêté au moment où il s’embarque, il est traduit devant la commission militaire. Il est exécuté .Après le 9 thermidor la Convention accorda des secours à sa veuve ».

Dans la nuit du 24 au 25 avril 1792, un jeune capitaine du génie, Claude-Joseph Rouget de Lisle, à la demande du maire de Strasbourg, composa un chant destiné à encourager l’armée du Rhin. Devenue dès le 14 juillet 1795 l’hymne national français, La Marseillaise est restée « le chant qui fait bouillir le sang. Chantée ici pour notre plus grand plaisir par Roberto Alagna.


https://www.youtube.com/watch?v=sxb9BvLrdHQ

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.