Municipales: les petites villes écartées des résultats nationaux, une « manipulation »?

article et photographie de Paul Parant publié le 16/01/2020 sur l’Express – Lire l’article sur le site de l’auteur

Comme révélé par L’Express, les résultats municipaux dans les petites villes n’influeront plus sur les tendances de vote au niveau national. L’opposition s’insurge.

C’est un changement pour l’instant invisible, mais qui sera au centre de l’actualité dès 20 heures dimanche 15 mars, au soir du premier tour des élections municipales. En vertu d’une circulaire signée par Christophe Castaner, révélée par L’Express dès le mois de décembre mais qui vient d’être annoncée à l’Association des maires ruraux de France (AMRF), les villes de moins de 9000 habitants – soit 96% des communes françaises ! – ne seront plus comptabilisées dans les résultats nationaux. 

Et ce changement n’est pas anodin, puisqu’il bouleversera l’équilibre ressenti des forces en présence pour les collectivités locales. Jusqu’ici, des étiquettes politiques étaient attribuées par les préfets aux maires des petites communes. Mais, pour les municipales des 15 et 22 mars, le ministre de l’Intérieur a demandé aux préfets de « nuancer les candidats et listes de candidats uniquement dans les communes de 9000 habitants et plus, ainsi que dans les communes chefs-lieux d’arrondissement », écrit le ministre de l’Intérieur dans une lettre aux maires datée du 7 janvier. Comprendre, cesser d’attribuer les fameuses étiquettes « divers gauche », « divers droite », « centriste » ou « sans étiquette » dans les résultats préfectoraux. 

« 52% » de la population invisible

Un changement qui pourrait sembler anodin, mais que l’opposition suspecte d’être profitable à La République en marche, nettement moins implantée que les partis traditionnels dans les petites communes, dont les choix seront rendus invisibles au soir des municipales. Elles représentent pourtant « 52% de la population française », selon les calculs du politologue Pascal Perrineau. 

Ce dernier glisse à L’Express qu’il trouve « un peu pitoyable » la volonté présumée de « cacher la faiblesse de LREM dans les petites communes ». Le professeur des universités à Sciences-Po Paris avoue ne pas comprendre « pourquoi on remonte le seuil des communes concernées de celles de 1000 habitants [depuis 2014, NDLR] à celles de 9000, au lieu de revenir simplement au seuil précédent, aux moins de 3500 habitants, comme le réclamaient les maires eux-mêmes ». 

« Minable manipulation »

Plus suspect encore, selon le politologue : la même circulaire précise les éléments à prendre en compte pour déterminer les nuances dans les autres communes. « La nuance attribuée à chaque liste devra d’abord l’être sur la base des investitures officielles accordées par les partis politiques », dit le texte, ainsi que l’écrivait L’Express dès le 17 décembre. 

LIRE AUSSI >> La drôle de circulaire de Castaner – les exclusifs de L’Express 

Ainsi, LUD (liste union de la droite) sera appliquée à une liste investie conjointement par Les Républicains et un autre parti. Mais, ajoute le ministre, « la nuance LDVC (liste divers centre) sera attribuée aux listes qui auront obtenu l’investiture de plusieurs partis politiques, dont LREM ou le Modem. Elle a également vocation à être attribuée aux listes de candidats qui, sans être officiellement investies par LREM ni par le Modem, ni par l’UDI, seront soutenues par ces mouvements. » Ce pourrait être une façon de gonfler à moindres frais le score du parti présidentiel sous cette étiquette, selon Pascal Perrineau : « La ficelle est un peu grosse ! » s’insurge-t-il. 

« Une demande des maires de petites villes », assure le gouvernement

De fait, l’expert n’est pas le seul à critiquer cette petite révolution des scores électoraux. L’opposition est vent debout également. Au premier rang de laquelle Gérard Larcher, le président LR du Sénat, qui craint qu’elle ne « dénature l’élection municipale ». « Cette circulaire n’est pas conforme aux valeurs démocratiques qui sont les nôtres ». Ce jeudi, Marine Le Pen a pour sa part dénoncé une « minable manipulation ». « On ne peut pas rayer de la carte les électeurs de 96% des communes françaises, même pour faire plaisir à Jupiter !! », s’est insurgée sur Twitter la présidente du Rassemblement national. 

LIRE AUSSI >> Municipales : Macron écarte un remaniement « automatique » en fonction des résultats 

« Ce n’est pas du tout une manipulation », s’est défendue Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement, au micro de France Inter ce jeudi matin. « Il y a beaucoup de maires de petites villes en France qui réclamaient de ne pas se voir accoler une étiquette partisane ». 

C’est un fait, le gouvernement avait des arguments dans son sens. La pratique du « nuançage » (l’attribution de ces étiquettes) est depuis longtemps contestée par des élus qui ne se retrouvent pas dans les nuances qui leur sont attribuées. En août dernier, déjà, l’Association des maires ruraux de France (AMRF) avait interpellé le Premier ministre contre cette pratique, arguant que les candidats, notamment dans les petites communes « où l’action publique est fréquemment éloignée des débats politiciens nationaux », ont le droit « de ne pas entrer dans une classification administrative étriquée ».  

Contactée par L’Express, l’Association des maires de France (AMF), pour sa part, confirme avoir réclamé un changement du système pour revenir à la situation d’avant 2014, lorsque les villes de moins de 3500 habitants ne faisaient pas l’objet d’une attribution automatique. « Même s’il fallait être vigilant à certains abus, le fait de laisser chaque maire de petite ville assumer l’identification politique de leur liste nous convenait », explique-t-on à l’AMF. 

L’exécutif prône un scrutin « plus lisible »

Quant à « nuancer » les candidats, cette action a pour vertu « d’apporter à l’ensemble des citoyens une information plus lisible des résultats des scrutins », souligne pour sa part, dans sa lettre, Christophe Castaner. « Il permet également d’assurer une meilleure connaissance et une compréhension accrue des équilibres politiques nationaux et apporte un éclairage sur l’offre politique actuelle ou passée », fait-il valoir. 

Mais pourquoi avoir choisi ce seuil très large des 9000 habitants? L’exécutif ne l’explique pas. « Une solution aurait été de laisser les maires de petites villes qui contestent leur étiquette de se positionner eux-mêmes comme ‘liste divers’, cela aurait marché », lance Pascal Perrineau. « Au lieu de cela, le gouvernement fait un choix peu lisible, dans une circulaire qui n’est pas directement rendue publique et même pas datée. Je ne comprends pas. »

Lire l’article sur le site de l’auteur

Un commentaire dans “Municipales: les petites villes écartées des résultats nationaux, une « manipulation »?

  1. Stubbe

    Honteux

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.