Les Poèmes d’Arlette

REGARD…
 
Là où meurt l’ombre
Brille un bout de soleil
C’est peut-être une tombe
Ou bien un coin de ciel.
Lorsque descend la nuit
Lorsqu’il n’y a plus de bruit
C’est ma vie qui s’enfuit
Vers toi, Maman chérie.
Je sais que cette vie
M’égratigne et me mord
Mais quelquefois aussi
Elle m’offre ses trésors.
Alors moi je t’oublie
L’instant d’un coup de vent
Mais le plaisir s’enfuit
Sur un nuage blanc.
Alors…  je te reviens
Plus fragile qu’avant
Pour noyer mon chagrin
Dans ton regard Maman.
 
 
Arlette Février-Muzard.
 

Un commentaire dans “Les Poèmes d’Arlette

  1. Danielle LEBAS

    Le soleil brille toujours pourvu qu’on le veuille, l’ombre peut être douce si l’on a passé une bonne journée, moi j’ai décidé chaque jour est un jour pour une bonne journée, et c’est le cas

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.