Le Courage.

« Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire » (Jean-Jaurès)

Notre maire n’a sans doute pas compris l’esprit du « Grand Débat » et notamment l’appel à une démocratie participative. Il a sûrement oublié que son opposition a pesé 53% aux élections municipales 2014 et qu’elle mérite plus de respect, pour les personnes qui ne partagent pas toujours son avis. Cela s’appelle la démocratie.

En matière de gestion municipale, notre groupe espérait enfin sa prise de conscience à la nécessité de transparence et l’envie d’accepter des propositions constructives.

En vain, c’était faire abstraction d’un despotisme trop bien ancré.

Seulement voilà, son opposition n’accepte plus sa volonté absurde de ne pas communiquer avec son groupe minoritaire, mais légitime, et de faire entrave à la mission de ses élus qui est d’agir dans l’intérêt général. C’est le droit et le devoir de tout élu municipal.

En conséquence de cette stratégie illicite du maire de vouloir cacher des documents pourtant communicables, j’ai, comme je l’avais annoncé à la dernière séance du Conseil Municipal, saisi le Tribunal Administratif de Montpellier, déposé ce jour, un recours pour abus de pouvoir.

Le groupe majoritaire fera sans doute encore état de la « haine » que je distille à l’égard du maire. Il n’en est rien. La moralisation de la vie politique oblige, et je n’accepte pas que des élites ne se montrent pas exemplaires du respect des lois. A cet égard, je m’étonne que la première adjointe et ses collègues adjoints n’aient pas pris bonne mesure de la responsabilité que leur confère l’article 40 du Code Pénal et restent adeptes de la politique du « bras levé » avant même d’avoir connaissance du sujet posé.

S’agissant de mes collègues conseillers municipaux, je les invite à lire, ou à relire, la charte de l’élu local qui les rend responsables de leurs actes pendant la durée de leur mandat devant l’ensemble des citoyens de la collectivité territoriale.

Notre groupe rendra d’ailleurs compte à la population, ces prochains mois, documents à l’appui, des irrégularités antérieures qui ont coûté le paiement de sommes conséquentes et non dues.

Mon dernier mot sera pour la Directrice Générale des Services à laquelle je renouvelle toutes mes félicitations pour sa nomination à ce poste en lui rappelant que son administration découle du projet porté par l’ensemble des élus, sans discriminations, et que sa fonction la contraint aussi aux obligations de l’article 40 du code pénal.

Jacques PELET
Conseiller Municipal

Un commentaire dans “Le Courage.

  1. Sylvia Mion

    En résumé on nous a proposé de voter le compte de gestion et le compte administratif sans aucuns documents remis avant le vote. Certains documents indispensables pour le vote du budget tel le montant des emprunts restant dus indiquant les taux d’intérêts et bien d’autres ne nous ont pas été fournis, j’ai écris à la Préfecture pour signaler ces manquements, j’attends à ce jour leur réponse.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.