la flamme du Canigou

  • Une bien belle soirée qui débuta par l’arrivée de la flamme. Sandwiches et buvettes étaient fin prêt afin de contenter les nombreux saint-Génisiens venus en force assister à la démonstration de dance de nos tout petits. 

Ce fut ensuite aux plus âgés de montrer l’exemple avec une Sardanne bien rythmé. À la nuit tombée, la flamme fut enfin mise au bucher préparant un ciel sans nuage pour le feu d’artifice final. Un moment de partage, autour d’une boisson fraîche avec ou sans bulles, qui ne fut qu’à peine écorché par le curieux comportement de notre maire. Il voulut apparemment en découdre avec une personne du public qu’il traita de « connard », devant le rédacteur du blog et quelques témoins abasourdis. 

Nous ne savons pas quelles étaient les motivations de ce différent. Il aurait très bien pu gâcher la fête, si la personne attaquée était rentrée dans ce puéril petit jeu, au lieu de lui conseiller de stopper la boisson avant de s’écarter. 

Un petit moment de flottement vite balayé par la sono qui cracha ses watts jusqu’à une heure du matin pour le plus grand bonheur de la jeunesse Saint-Génisienne.

Félicitations à l’unique agent municipal de police qui a fait la circulation au Sud, à l’Est, à l’Ouest et au Nord du village.

A l’année prochaine, avec votre bouquet séché.

 

Un commentaire dans “la flamme du Canigou

  1. de la Fontaine Jean

    Allons, allons, sachons raison garder, rien de nouveau sous le soleil, ce n’est pas comme si cela était la première fois. Ni en insultant un de ses concitoyen, ni en n’étant plus tout à fait clair.
    Des circonstances atténuantes ? Ben oui ! Il a fait chaud cet après-midi, et le foyer qu’il venait d’allumer n’a fait qu’augmenter sa température. Comme tout incendie, il a fallu l’éteindre. Il s’y ait largement appliqué.
    Et puis, il faisait chaud pour tout le monde, sauf que  :

    « ils n’exagéraient pas tous,
    mais tous y avait goûté,
    nul autre boisson n’excitait leur envie,
    que ce breuvage frais dans un godet servi
    de cela légèrement allumé, il chercha alentour qui serait agressé,
    ses yeux se portèrent donc sur son voisin le plus proche
    a qui, sans sourciller il adressa ce reproche,
    « connard », fruit d’une intense pensée mûrement réfléchie,
    « connard, connard », cela est vite dit.
    Sire dit le connard tout de même surpris, vous êtes trop bon roi,
    mais un frein sur la bibine serait de bon aloi,
    et de rire en son intérieur
    de voir un si pitoyable sieur
    ce sieur là tout de même représente la commune
    c’est affligeant, quelle infortune ! »

    (librement inspiré de Jean de la Fontaine et de ses animaux malades de la peste)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.