J’aurai voulu… Arlette Février Muzard.

Je n’ai pas eu de rêves de gosse, quand j’étais môme dans mon quartier, la vie me semblait longue et moche, je n’avais droit qu’à des fessées. J’aurais voulu une Maman et un baiser de temps en temps !

Je n’ai pas eu de bicyclette, quand j’étais môme dans mon quartier, la vie me semblait bien trop bête, pas de copain pour s’amuser.
Pourtant il y avait dans ma tête, tant de soleil et de gaieté, que j’aurais quitté la planète, sans une larme sur mon passé.
Ma vie était une fenêtre qui est restée toujours fermée, j’espérais qu’elle soit entrouverte pour que je puisse m’envoler.
J’ai eu droit à tant de misères que mes yeux s’y sont noyés, j’ai détesté la terre entière, j’ai ignoré le monde entier.
J’aurais voulu une Maman et un baiser de temps en temps!
C’est pas si facile de vivre lorsqu’on est seule est oubliée, c’est encore plus dur de sourire lorsqu’on ne se sent pas aimée.
Aujourd’hui j’aime la terre entière, mes yeux en oublient de pleurer, mais j’ai gardé de la misère tout au fond de mon cœur cachée.
Elle remonte à la surface chaque fois que je perd pied, soudain mon passé me fait face, alors j’ai envie de pleurer.
Mais la blessure se referme, tout doucement avec le temps, la guérison vient à son terme, mais je n’ai pas eu de Maman.
J’aurais voulu… une Maman et un baiser… de temps en temps!

Arlette Février Muzard.

Un commentaire dans “J’aurai voulu… Arlette Février Muzard.

  1. Bonjour Arlette,
    Je suis très touché de ce que je viens de lire, ça me concerne un peu,
    effectivement moi aussi j’aurai aimé avoir une Maman ou même un papa mais….
    Roland

Laisser un commentaire