Eco rando

Article envoyé par formulaire de – longville.bergerie@orange.fr

Ayant gagné ce matin Laroque à pied depuis St Genis, nous avions comme à chaque balade en projet de joindre l’utile à l’agréable en faisant un geste pour la Planète, à savoir ramasser au moins un déchet jeté sur la voie publique. Nous avons attrapé le chemin du Mas Rancoure et dès le lotissement des deux chênes dépassé nous en étions déjà à 2 paquets de cigarettes et 3 canettes de bière.

Ne disposant que d’un « sac à crottes », nous n’avions pas prévu une telle abondance, nous commencions à désespérer lorsque nous avons trouvé un sac plastique accroché à un roncier. Avouez que la vie est épatante ! Heureusement car nous n’avions pas atteint la route reliant Laroque à Villelongue que nous larguions dans la première poubelle jaune venue une imposante collecte de canettes, emballages variés, gobelets tout en déplorant la présence de nombreux petits tas de gravas sur les bas-côtés de la route que nous avons dû nous résoudre à laisser. Nous ne prévenons plus la mairie concernée (Laroque) cela ne sert à rien.

Redescendues par le chemin de la boutade le vaillant sac plastique a repris du service. Trois remarques au passage. Tout d’abord « si fumer tue » cela laisse aussi le temps de polluer, ensuite dommage qu’il n’y ait pas comme dans certains pays nordiques de consigne sur les emballages, avec toutes les canettes que nous ramassons, nous nous enrichirions. Enfin vu le nombre de canettes et bouteilles jetées encore remplies, le prix de vente peut-être revu à la hausse, ce n’est pas encore assez cher !

Revenues chez nous le sac débordait de partout et contenait deux trouvailles pour le moins surprenantes : un déodorant masculin et un slip d’homme !
Question : où est passé le bonhomme ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.