Mauvais fonctionnement de la police à Perpignan. Le Roi supprime le tribunal des Clavaires*

Depuis l’origine de la ville, les Consuls et le Bayle de Perpignan tentent de s’ingérer dans les affaires de police de la cité, le 2 octobre 1392, Juan 1° avait essayé de dépouiller le bayle de ses droits sur le maintien de l’ordre. En 1676, ces mêmes consuls semblent toutefois vouloir abdiquer leur pouvoir de police, en chargeant l’intendant de gérer les affaires courantes de la cité. Entre temps, le tribunal des clavaires avait été créé. Il était constitué de quatre membres en poste pour un an, dont deux, désignés…

lire la suite

Un timbre pour Saint Genis

Michel Monvoisin est un artiste français peu connu du grand public, des philatélistes et des astrophilatélistes. Disparu à 49 ans, il a eu une brève mais prolifique carrière de créations de timbres, plus de 200 à son actif, pour différentes administrations postales.. Né le 9 septembre 1932, Michel Monvoisin se découvre très vite attiré par le dessin et la peinture. Il entre à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts à Paris puis rejoint les ateliers de gravure de grands maîtres graveurs comme ceux de Jean-Etienne Bersier ou de Robert Cami. C’est…

lire la suite

Etienne March 12 ans foudroyé dans l’église.

Le 14 août 1763, un orage particulièrement violent menace notre village. Dès la fin de l’après-midi, les nuages s’amoncellent. Les paysans craignent la colère de Dieu et rejoignent rapidement leur maison. Au sein du monastère, la vie continue, ponctuée par les tâches domestiques et les prières qui rythment celle des Bénédictins. Comme tous les jours après les vêpres, ils se réunissent dans l’église pour cette toute dernière prière, accompagnés par les nombreux employés au service du monastère et de son curé : cuisinier, valet, volaillère, servante, jardinier, berger… ceci afin de…

lire la suite

L’histoire de l’impôt : auriez-vous payé cette taxe ?

Taxe sur les domestiques, taxe sur les précepteurs ou gouvernantes L’article 14 du décret du 11 décembre 1926 divise en deux impôts distincts la taxe autorisée par la loi du 13 août 1926. Le premier porte sur les domestiques attachés à la personne le second sur les précepteurs et gouvernantes. Ces deux taxes comportent chacune leur tarif propre, elles peuvent être établies simultanément, ou l’une à l’exclusion de l’autre. La taxe est due pour le personnel présent au 1er janvier. Appliquée par les communes son montant varie suivant le sexe…

lire la suite

L’histoire de l’impôt : auriez-vous payé cette taxe ?

Taxe sur les véhicules automobiles, les cyclecars et motocyclettes. En France, est considéré comme un « cycle-car » tout véhicule automobile à une ou deux places, pesant au plus 350 kg et dont le moteur présente une cylindrée ne dépassant pas 1 100 cm3. La loi de finances du 30 juillet 1920 fixe une taxe fiscale forfaitaire de 100 francs par an pour les cyclecars4,5, beaucoup moins que les automobiles1. Immédiatement, des petits constructeurs apparaissent et produisent des voitures légères en économisant sur tout pour rester au-dessous la barrière fatidique des 350 kilos….

lire la suite

État d’ivresse, un an jour pour jour

Il y a tout juste un siècle, le 1 octobre 1917, l’imprimerie librairie de la gendarmerie nationale éditait ce fascicule reprenant les termes de la loi contre l’ivresse sur la voie publique. À l’époque, toute personne trouvée en état d’ivresse était conduite à ses frais, « … au poste le plus voisin ». En outre, toute personne condamnée deux fois en police correctionnelle pour délit d’ivresse… pouvait être déchue, à l’égard de ses enfants et descendants, de la puissance paternelle. Il se risquait à une condamnation ferme allant de 6 jours…

lire la suite

Impôts communaux, était-ce mieux avant ? Les balcons

Comme toutes les taxes municipales objets de cette série, la taxe sur les balcons a été instituée au profit des communes afin de se substituer au droit d’octroi. Certaines taxes existaient avant la réforme fiscale de 1926. C’est le cas de la taxe sur les balcons, ainsi lors de la séance du conseil municipal de la ville de Paris du 24 décembre 1872, on découvre que les grands balcons du deuxième étage de 17 à 80 centimètres de saillie supportent une taxe annuelle de 1 franc par mètre courant. Que…

lire la suite

Bénédictins à Saint Genis, Templiers à Trouillas : influence des hommes d’Eglise au moyen âge

photographie invinocultura.com : Les moines perpétuent la tradition vigneronne des abbayes cisterciennes Au pied des Pyrénées, les peuples qui luttent contre l’occupation maure sont à l’origine de l’identité catalane. Les Arabes débarquent en 711 au sud de l’Espagne. Profitant de dissensions au sein de la noblesse, ils progressent très rapidement sur l’ensemble du territoire. En 718, ils sont à nos portes et ils occupent Sant Marti d’Empuries, puis remontant vers le nord ils s’emparent de Narbonne. En 719, la ville, utilisée pour débarquer troupes et vivres, devient la capitale de la…

lire la suite

Impôts communaux, était-ce mieux avant ?

Taxes sur les chevaux, mules, mulets ou voitures. Après la loi du 13 août 1926, la taxe établie sur les chevaux, mules, mulets ou voitures, fut à plusieurs reprises, remaniée, le décret du Conseil d’État du 4 mars 1933 dans son article 3, informe : « La taxe s’applique : a) aux voitures suspendues destinées au transport des personnes b) aux chevaux, mules et mulets servant à atteler les voitures imposables c) aux chevaux, mules et mulets de selle Ne donnent pas lieu au paiement de la taxe a) les juments et…

lire la suite

Nos élus à Versailles

Photgraphie : Chateau de Nyer de Claude Marais Nos députés élus pour représenter le département aux état généraux de 1789. Convoquée par le roi de France et de Navarre Louis XVI le 24 janvier 1789, l’assemblée se compose de près de 1 200 députés élus. À la suite du doublement des élus du tiers état, décidé le 27 décembre 1788, les députés qui représentent le tiers état sont majoritaires. Le 5 mai 1789 se tient à Versailles la première séance solennelle de l’assemblée, dans une salle érigée dans l’urgence par l’architecte…

lire la suite

L’école d’hier, notre école.

En 1879, si Saint Génis des fontaines est peu peuplée par rapport à ses voisines : 419 habitants pour 1168 à  Laroque des Albères et 707 à Saint-André, l’école des garçons dont le bâtiment appartient à la commune est en bon état. Toutefois, il n’existe pas encore d’école de filles et le Conseil municipal n’a toujours pas voté la création d’une école mixte.  Si la Loi Guizot de 1833 autorise en théorie, la mixité, et rend obligatoire pour toutes les communes une école primaire élémentaire, en réalité et à cette époque, l’école ne…

lire la suite

La rose de noël au cœur du scandale de Nohèdes

photographie rustica.fr Le 25 septembre 1881, un habitant de Nohèdes dénonce l’abbé de la paroisse auprès du procureur de la République de Prades, pour l’empoisonnement des deux sœurs Fonda. Trois jours plus tard un jeune couple est interpelé par les surveillants du chemin de fer à Prades, car ils se livrent publiquement aux effusions d’un amour passionné. L’homme, âgé de 28 ans n’est autre que l’abbé Auriol, curé de Nohèdes. Sa compagne, Mademoiselle Alexandrine Vernet, 24 ans, est l’institutrice de la commune. Leur liaison scandaleuse était connue et l’académie avait par ailleurs choisi de déplacer son institutrice. La passion poussa alors…

lire la suite