État d’ivresse, un an jour pour jour

Il y a tout juste un siècle, le 1 octobre 1917, l’imprimerie librairie de la gendarmerie nationale éditait ce fascicule reprenant les termes de la loi contre l’ivresse sur la voie publique.

À l’époque, toute personne trouvée en état d’ivresse était conduite à ses frais, « … au poste le plus voisin ».

En outre, toute personne condamnée deux fois en police correctionnelle pour délit d’ivresse… pouvait être déchue, à l’égard de ses enfants et descendants, de la puissance paternelle.

Il se risquait à une condamnation ferme allant de 6 jours à 1 mois de prison. Et le fait de faire boire jusqu’à l’ivresse un mineur âgé de moins de 18 ans était passible d’une amende de 16 à 300 francs

Dans ce lien vous découvrirez toutes les sanctions que le législateur avait prévues pour enrayer le fléau de l’ivresse. C’était il y a un siècle.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6151390k/f1.image

Quittons nous avec Claude Nougaro, sous le balcon de Marie Christine

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.