Fête de la Saint Jean

Jules Breton, La Fête de la Saint-Jean, 1875, musée des beaux-arts de Philadelphie

l’origine des feux de la Saint Jean remonte aux rites païens célébrant le solstice d’été. A cette époque, les druides bénissaient les futures moissons et le feu allumé symbolisait la lumière du soleil qui, lors de ce jour, le plus long de l’année, rayonne plus que jamais.

La fête de la Saint-Jean est appelée « Midsommardagen » chez les Suédois qui dressent un mât décoré de branches de bouleau et de fleurs, et Au Danemark, la Saint Jean est une fête fériée, carillonnée.

En France, au début du XXe siècle, il n’y a plus guère de feux de la Saint-Jean qu’en Bretagne, en Vendée, et dans quelques cantons du Midi. On allume alors sur les places publiques de certains quartiers populaires, des feux alimentés par un fagot, une vieille futaille hors d’usage, une caisse ou un panier défoncé. L’historien Dulaure nous a laissé la description, d’une de ces cérémonies célébrée place de Grève, à Paris

« Au milieu de la place de Grève était placé un arbre de soixante pieds de hauteur, hérissé de traverses de bois auxquelles on attacha cinq cents bourrées et deux cents cotrets. Au pied, étaient entassées dix voies de gros bois et de paille. Cent vingt archers de la ville, cent arbalétriers, cent arquebusiers y assistaient pour contenir le peuple… Les magistrats de la ville, prévôts des marchands et échevins, portant des torches de cire jaune s’avancèrent vers l’arbre entouré de bûches et de fagots, présentèrent au roi une torche de cire blanche… Sa Majesté, armée de cette torche, vint gravement allumer le feu »

Un divertissement cruel consistait à mettre au bout de la torche un sac contenant des chats, parfois un renard, un loup.

La Saint-Jean n’a pas que ses feux, elle a aussi ses herbes fameuses qui cueillis le matin, pieds nus, en état de grâce et avec un couteau d’or, chassent les démons et guérissent de la fièvre. Parmi ces fleurs mystérieuses se trouve la verveine, plante sacrée des celtiques, mais aussi les feuilles de noyer. Le noyer, arbre protecteur des Celtes correspond dans leur horoscope à la période s’étendant du 21 au 30 avril et du 24 octobre au 2 novembre. Les natifs de ce signe, toujours chez les Celtes, avaient la réputation d’être : « Implacables, surprenants, pleins de contraste, ne prenant guère le temps d’écouter l’opinion d’autrui et esquivant avec brio les flèches de la critique. »

Fête Catalane,

La flamme du Canigou, Initiée en 1955 par Frances Pujades, reprend la symbolique du feu qui descend de la montagne pour réchauffer la plaine, le 23 juin. Star de la nuit, portée par des bénévoles à pied, en vélo, voire en voiture, jusqu’au cœur des villages, elle symbolise l’unité de la Catalogne et la fraternité entre les territoires de langue catalane. Dans la carte ci-dessous, vous découvrirez les principales routes empruntées traditionnellement par la flamme

https://www.omnium.cat/flama-del-canigo

Dans le village, comme tous les ans au cours de cette soirée, vous pourrez acheter le bouquet de la Saint-Jean. Chez nous, il est composé de quatre plantes : une feuille de noyer, comme dans les autres régions, elle symbolise la Croix) une feuille de millepertuis, une troisième d’immortelles et de l’orpin… Cette dernière porte en Catalan le nom de : Arros de Pardal, crespinells, fabaria . Toutes ces plantes sont médicinales et peuvent être conservées dans de l’huile. Accroché aux portes des maisons, le bouquet protège des mauvais esprits. N’oubliez pas de le rapporter l’an prochain, il alimentera le feu et rallumera la flamme du renouveau.

Enfin une dernière précision le 24 juin, on fête Jean le Baptiste, six mois avant Noël, pour respecter les évangiles.
Pour finir en musique, 15 000 chanteurs nous font découvrir Ligo, fête traditionnelle Lettonne qui se déroule le jour de la Saint-Jean.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.