Poésie d’Arlette Février-Muzard

OSE   L’arbre frémit, le ciel se tend Le rythme nait du mouvement Le ciel est plein de feu qui brule Mais dans mes veines le sang circule.   Nous gravons tous nos souvenirs Dans des objets sans avenir Rempli de désir et d’absence Nous oublions notre ignorance.   L’infini où le mystère repose Nous semble parfois près de nous Et pourtant aucun de nous n’ose Lever le voile qui nous noue.     Arlette Février-Muzard     _____________________________________________       MON ŒIL   La beauté du paysage Ne…

lire la suite